Petit festival de la Grande Faucheuse

Requiem pour un cadavre exquis

Du 20 octobre à 11h au 21 octobre à 11h, la fondation FaMaWiWi vous invite à prendre part à un événement inédit. Cette année, dans le cadre de l’Art dans la ville, une œuvre picturale ludique et polyphonique sera réalisée par vous, devant vous et en toute liberté, par des récits dessinés et des gestes peints, ajoutés, emmêlés, superposés. Un panneau de 50m de long sera déroulé dans les fours à chaux. Pendant 24 heures, des pots de couleurs, des pinceaux et des tabliers seront à disposition des visiteurs. Le fond sonore d’un pot-pourri de puissants requiems, concocté par Eloi Baudimont, devrait orienter l’inspiration des peintres d’un jour vers les questions existentielles portées par le site. Un bar sera ouvert pour sustenter les créatifs assoiffés. Des animateurs se succéderont pour délier les créativités engourdies.
En fin de matinée, dimanche 21 octobre à 11h30, l’œuvre sera découpée en morceaux choisis, et mise aux enchères par le réputé sous-commissaire priseur Dominot Favot. Un moment festif à partager ensemble pour clôturer en beauté ce marathon de peinture…
 

En préambule à cette nouvelle édition du Petit festival de la Grande Faucheuse, venez assister, vendredi 19 octobre à 20h à la Maison de la Culture, au spectacle plein d’émotion et de poésie :

Avant la fin

CATHERINE GRAINDORGE
ven 19/10, 20h
1h
“Catherine Graindorge livre un seule-en-scène d’une douceur lumineuse pour raconter un père et une fille, pour dire aussi la mort dans ses facettes les plus absurdes.” LE SOIR
Nomination catégorie meilleur seul en scène, prix de la critique 17-18
Le 19 avril 2015, Michel Graindorge s’est éteint. L’avocat engagé, personnage public, était aussi le père de la comédienne et violoniste Catherine Graindorge. Un fait divers assez banal : un homme meurt, une fille perd son père.

Loin de tout hommage, Catherine Graindorge raconte le lien père-fille et la perte de ceux qu’on aime. Elle revient en mots, en images et en musique sur les quinze derniers mois de la vie de son père, sur leur passé commun mais aussi et surtout sur le présent, sur ces traces que nous laissent les absents.
Raconteuse d’histoires, elle distille les émotions, joue avec l’absurdité des situations, manie la poésie des images et l’humour pour construire un récit à la fois drôle, tendre et touchant.

De et avec Catherine Graindorge • Collaboration artistique : Bernard van Eeghem • Dramaturgie : Jorge León • Composition musicale : Catherine Graindorge • Création son : Catherine Graindorge et Joël Grignard • Costumes : Marie Szersnovicz • Création lumière : Gaëtan Van den Berg • Création vidéo : Elie Rabinovitch • Direction technique : Gaëtan Van den Berg • Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre • Avec le soutien du Théâtre des Doms • Coproduction : Théâtre Les Tanneurs et Théâtre de Namur

Infos et réservation : Maison de la Culture de Tournai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *