La quatrième dimension

Art dans la Ville
Charles Prayez : La 4ème dimension

du 5 au 27 octobre 2013

 

Quand je suis entrée, il y a un mois, dans l’atelier de Charles Prayez, j’ai été étonnée de ne voir ni toiles, ni gravures, ni dessins en gestation, mais des tiges métalliques dont plusieurs étaient assemblées. J’ai posé des questions, à commencer par « Que vas-tu faire de ces tiges ? »

Il m’a répondu qu’il travaillait sur la quatrième dimension en réalisant de petits modules avec des fers soudés et qu’ainsi, il tentait de rendre sensible notre rapport au temps et à l’espace.

« Mon point de départ, c’est le cube. J’ai fabriqué une cinquantaine des petits modules cubiques. Chacun de ces modules est un cube déformé mais en réalité, c’est toujours un cube. Il y a 256 combinaisons possibles… et même plus, à l’infini. »

Il m’a proposé alors de regarder attentivement en me déplaçant de gauche à droite et, soudain, à mes yeux étonnés, un cube, en effet, est apparu.

« C’est une rencontre entre toi et le cube à la faveur de ton mouvement », me dit-il. Le cube n’a pas disparu du fait de sa déformation. Il est, pourrait-on dire évadé ou fugitif.

Si on veut le revoir, il faut être là au bon endroit et au bon moment qu’est ce que le réel.

J’ai travaille depuis deux ans. Mon intention est de faire percevoir que nous vivons dans un univers en mouvement.

D’inviter à un autre regard, de semer le doute sur la notion de réel. »

 Michèle Vilet, écrivaine, 2007

Ouvert en présence de l’artiste, les samedis et dimanches, de 14 à 18h,

Possibilité de jumeler la visite de l’exposition avec la découverte du site.

Organisation Charles Prayez et Fondation Famawiwi
Collaboration Maison de la Culture de Tournai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *